L'écrit d'une vie

Publié le par Charly...


Le temps passe inexorablement. Les événements se succèdent comme ils arrivent. Les chroniques s'attèlent à les relater.

Quel aspect peut retenir notre attention dans le déroulement d'une vie ? Qu'est ce qui est marquant ? Les joies, les peines, les rebellions, les satisfactions... Tout ce qui renferme une émotion peut être l'objet d'un souvenir gravé dans nos mémoires.

J'ai intitulé cet article « l'écrit d'une vie », pour ne pas dire « les cris d'une vie ».

Mais voyez plutôt, sous une forme touchante, ce qu'on peut retenir des différentes phases de notre existence.

Voici, avec l'accord de l'auteur, un très beau poème: La vie n'est qu'un cri


Charly...

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Satine 04/11/2008 11:16

Ravie que ça te fasse plaisir.

Charly... 04/11/2008 17:57


Lorsqu'un commentaire fait le tour de la question et me semble avoir été bien réfléchi, ça me fait toujours plaisir. Je me dis qu'au moins je n'ai pas écrit un article qui reste dans le vent.
Quelqu'un l'a trouvé suffisament intéressant pour prendre un instant, se creuser un peu l'esprit et me faire connaître son profond ressenti. Le résultat n'en est que plus enrichissant. Merci à
toi donc.
Charly...


Satine 03/11/2008 13:08

Les souvenirs ont bien d'influence qu'on le croit en fait. Je pense qu'ils font de nous ce que nous sommes. On évite de reproduire les mêmes erreurs, on réitère les bonheurs, les joies, on se protège de nos peines antérieures. Mais ils jouent aussi un rôle dans notre humeur, soit on choisit de se souvenir des bons moments et dans ce cas, on en sourit, soit on se complait dans les douleurs passées et on nage encore dans la souffrance pour finalement s'y noyer...

Charly... 03/11/2008 16:44


Entièrement d'accord avec toi. J'apprécie ta capacité d'analyse. Tu sembles faire le tour de la question d'une façon pragmatique. J'aime ça.
Charly...


polly 25/05/2008 16:57

Je viens de lire le poème... merci à toi.Que retient-on de la vie, plus le cri que le rire? Je ne sais. Tout se mêle, l'éphémère comme le durable. Les mots qui tuent en nous l'enfance, les gestes qui hurlent, et les amis si chères qui nous entourent... nos enfants, leur sourire, leurs rires, leurs larmes. C'est d'abord à eux que je pense quand tu dis que retient-on... Ces bonheurs immenses.

Charly... 26/05/2008 05:45


C'est bien vrai. On ne peut retenir que le meilleur de la vie. Ces moments chargés à bloc d'émotion intense, qui reviennent en mémoire comme des doux souvenirs et qui nous confirment que la vie
vaut vraiment la peine d'être vêcue, quitte à en payer un certain prix.
Ceci dit, il existe des endroits sur terre où ledit prix est, malheureusement, très élevé, pour ne pas dire très amer. Alors sachons apprécier la chance que l'on a.
Je me demande si l'on ne retiendrait pas davantage les doux sentiments que les éclats de rire...
Charly...


chrystelyne 24/05/2008 22:01

hello charly Merci de m'accueillir  de nouveau chez toi  et de me présenter à tes amis ! Je suis vraiment ravie de ce partage , de ces rencontres de blog en blog !bises chrystelyne

Charly... 25/05/2008 07:45


Mais tout le plaisir est pour moi gente Dame
Votre serviteur.
Charly...


Lauren 24/05/2008 17:50

Quel beau poême ! J'avoue que je suis restée devant mon écran à me dire : "que rajouter de plus !" et puis je me suis replongée en arrière, et voilà :D'aussi loin que je me souvienne,Mes premières joies furent mes premiers NoëlsCe n'était pas l'abondance, mais les étrennesAutour du sapin étincelant, des chandellesTout cela m'écarquillait les yeuxLa famille était là, on était heureuxEt puis en grandissant, cette magie là s'éteint.Je passe à un état réfractaireJe n'en vois pas la fin Tout jugement est arbitraireLes parents ne comprennent rien,Je m'oppose, ils sont béotiens.Le romantisme me gagne,Je rêve au pays de CaucagneA quand la liberté ?Je veux la tester.Et s'écoulent les années, trop vite.Je vole de mes propres ailesUne vie à deux m'inviteA une expérience nouvelle.Les enfants naissent, Et je réalise que mes parentsAvaient bien du mériteAlors je les "chouchoute", je les invite,Je voudrais que jamais ils ne disparaissentEt puis c'est un cri de douleur, de tristesseIls ne sont plus là !Alors, on continue sa vie avec ses bonheurs, on s'y accroche et ses ennuis on les oublie.Je vois mes enfants grandir et partage leur entrain et leur chagrin.Je me dis que la vie est faite de petits riens, qu'il faut la croquer à pleines dents, même si le monde ne tourne pas bien rond.Alors accrochons-nous et profitons de notre chance ; la dépression on en fait fi !..........

Charly... 25/05/2008 07:05


Mais c'est magnifique Lauren ! Une variante du thème, qui mérite aussi une place dans la parution. Je crois que beaucoup se retrouveront dans ces vers. Quelque part on est tous pareils, on a des
similitudes dans nos parcours.
Je ne sais pas si tu as un site, ou un blog, mais j'aimerais te demander la permission de faire un lien vers l'endroit de ton choix pour que l'on puisse venir lire ce poème d'une vie. Au pire je
peux le publier sur mon blog, en mentionnant l'auteur. Quelle que soit ta réponse, je la respecterai.
J'ai grand plaisir à lire tes commentaires. Même quand tu penses qu'il n'y a rien à rajouter... tu finis par trouver de quoi embellir une réponse.
Merci Lauren.
Charly...