Présentation

  • : Tous mes mots...
  • Tous mes mots...
  • : Venez partager vos pensées & réflexions, proverbes, citations... sur tout et rien. Votre avis m'intéresse. Soyez les bienvenus !

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Catégories

Au hasard...

Proverbes & Citations

A vivre, on apprend toujours quelque chose.
(Proverbe français)

***

Il est toujours avantageux
de porter un titre nobiliaire.
Etre de quelque chose, ça pose un homme,
comme être de garenne, ça pose un lapin.

(Alphonse Allais)

***


Citations

Dimanche 8 février 7 08 /02 /Fév 07:15



  " L'ouverture d'esprit, c'est le billet pour  voyager dans   l'invisible. "

 

 

 

     Charly...

   

   

« Non, non, tout ça c'est des bêtises, je n'ai pas le temps pour ce genre de chose. J'ai mieux à faire et  d'ailleurs, je n'ai pas que ça à faire. - Mais tu n'as rien vu de ce que je voulais te montrer ? - Non, mais ça va, je vois ce que c'est et ça ne m'intéresse pas. - Mais peut-être que tu n'en sais pas assez pour te faire une juste opinion. Tu pourrais apprendre des choses. Tu pourrais... - Non, je te dis. Laisse tomber ! »


Voilà ce que pourrait être un extrait d'une conversation courante à laquelle nous avons sûrement tous assisté un jour ou l'autre, à moins d'en avoir été l'un des participants.

Qu'est-ce qui parfois nous pousse à ne pas vouloir en savoir plus ou en découvrir plus ? Qu'est ce qui fait que nous soyons pas plus curieux que cela ? Une idée préconçue sur le sujet ? Un vague et trop rapide aperçu ?

Pourtant nous aurions tout à gagner à nous y pencher un peu plus. En lui accordant un peu plus qu'un instant, nous pourrions être séduits par certains aspects qui nous avaient échappés. En connaissant mieux le sujet qui se présente à nous, nous pourrions parvenir à découvrir ce qui était invisible à première vue. C'est ce qu'on appelle « accorder le bénéfice du doute ».


Si au bout d'un certain temps, nous n'arrivons pas à y voir de l'intérêt, alors nous pourrons conclure que nous avons essayé de voir de quoi il en retourne. Nous aurons des arguments personnels et ressentis à présenter pour expliquer pouquoi le sujet ne nous plaît pas.


Fermer la porte prématurément serait faire preuve de sottise et risquer de passer à côté de joies insoupçonnées.

Vous avez lu jusqu'ici, alors votre ouverture d'esprit est bonne, elle peut vous faire voyager dans l'invisible et vous faire connaître ce qui ne sautait pas aux yeux.

Bon voyage !


Charly...

Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 20 commentaires
Jeudi 5 juin 4 05 /06 /Juin 17:06

« Vivons avec les autres et pas seulement à côté des autres »


Charly



Dans nos vies trépidentes, nous sommes bien souvent trop occupés pour nous laisser aller à nous intéresser à autre chose qu'à ce qui (ou ceux qui) nous apporte un bénéfice quelconque immédiat. Notre goût immodéré pour tout ce qui nous flatte, pour tout ce qui nous rapporte en valorisation de nous-mêmes, pour tout ce qui nous plaît de façon primaire, cette propension-là donc, accapare si bien notre attention, nous vole si subtilement notre précieux temps, que nous opérons automatiquement un tri sélectif de tout ce qui nous entoure. C'est ainsi que nous passons à côté de bien des choses sans les remarquer.

Mais ciblons notre propos. Orientons notre réflexion sur ces personnes que nous cotoyons jour après jour, ces personnes que nous croisons régulièrement, ces personnes que nous saluons presque machinalement. Il est curieux de constater que nous pouvons passer des jours, des semaines, des mois, ou davantage, vaquant à nos occupations, concentrés - oserons-nous dire - dans nos activités, enfermés dans notre monde, sans que l'idée nous traverse l'esprit d'aller vers eux, de prendre cette initiative heureuse de faire un pas dans leur direction, prenant notre courage à deux mains pour vaincre une éventuelle timidité persistante, et faire l'effort de nous intérésser à eux.

Certains ressemblent à ces plantes qui sont capables de vivre les unes à côté des autres, immobiles, dans l'indifférence la plus totale, chacune étant complètement transparente aux yeux de l'autre, sans que cela ne les gêne le moins du monde. En botanique, il existe des végétaux qui ne peuvent cohabiter côte à côte sans qu'il y ait une influence néfaste ou bénéfique, de l'un sur l'autre. Mais ces éléments-là n'ont pas le choix, la nature est ainsi faite. Alors que pour les humains, les choses sont totalement différentes. On a le libre choix de s'intéresser aux autres ou pas.

Devant ce choix, il y a ceux qui ont leur cercle d'amis depuis un certain temps, et cela leur suffit amplement. Ils n'éprouvent pas le besoin de s'élargir davantage. Ils semblent en éprouver un contentement absolu. Dans ces cas-là, il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de percer ce cercle pour s'y faire admettre. Oh, ils nous considéreront un instant par politesse mais on sentira tôt ou tard qu'on ne fait pas partie de l'équipe, on n'aura plus qu'à battre en retraite et rester à notre place, un peu frustré quand même, et, à la longue, désabusé.

Il y a ceux qui n'osent pas aller vers les autres. Timides, peu à l'aise dans le relationnel, ayant essuyé quelques déceptions, quelques échecs dans le passé. Ils se sont souvent faits rembarrer gratuitement. Ils veulent, par conséquent, s'économiser d'autres souffrances humiliantes et inutiles. Par contre, ils sont facilement réceptifs à la moindre marque d'intérêt qu'il leur est manifestée. Ils retrouvent le sourire et sont prêts à partager bien des choses avec gratitude et enthousiasme.

Il y a enfin ceux qui osent aller vers les autres. C'est dans leur nature. Ils ont un bon contact, sont adaptables, ouverts. Ils posent des questions souvent policières mais c'est dans le but de mieux vous connaître. Ceux-là ne s'enferment pas dans un clan, ils se sentent le devoir d'être impartiaux et d'aller avec tout le monde.

Dans quelle catégorie vous situez-vous ? (une quatrième peut-être ?) A laquelle aimeriez-vous appartenir ? Qu'est ce qu'il faudrait pour y arriver ?

PS: C'est peut-être que le sujet est un peu plus profond et qu'il demande plus de réflexion, et donc il m'a pris un peu plus de temps pour le composer avec une certaine qualité (en toute modestie bien sûr) afin d'être à la hauteur d'un blog comme celui-là.

Charly...

Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 38 commentaires
Vendredi 23 mai 5 23 /05 /Mai 04:45


"Tout le rêve de la démocratie est d'élever le prolétaire au niveau de bêtise du bourgeois."

Gustave Flaubert


Sans vouloir faire de politique, on sent bien que pour Flaubert, la démocratie, qui en apparence serait le système idéal de gestion pour un gouvernement, n'a, en définitive, comme finalité, que de faire croire aux prolétaires qu'ils sont parvenus à s'élever dans la hierarchie sociale, atteignant ainsi un niveau qui leur permettrait de prendre une part plus active à la vie politique de la nation. Malheureusement ce serait un leurre, puisqu'ils finiront par ressembler à ceux qui ont déjà ces 'privilèges' sociaux, les bougeois. Ces derniers, croyant bien faire peut-être, ne font que s'enliser, inconsciemment ou non, dans la bêtise, reflet plus ou moins authentique d'une certaine forme d'incompétence, d'ignorance, voire de corruption non avouée.

Ceci m'amène à penser à un fait constaté à maintes occasions. Quand l'homme acquiert un certain pouvoir, une certaine distinction, une position sociale reconnue, un privilège singulier... après une première phase de rejouissance en toute fièreté, du prestige accordé, il glisse inexorablement vers une attitude, plus ou moins marquée, de corruption personnelle. Il lui est très difficile de garder la tête froide, de prendre des décisions totalement altruistes, comme si sa nouvelle reconnaissance lui octroyait le droit de prendre sa part du gâteau, pour ne pas dire la part du lion.

Heureusement, que ce n'est pas un réflexe systématique, mais peu nombreux sont les contre-exemples.

Charly...

Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Jeudi 15 mai 4 15 /05 /Mai 04:57

"Le bonheur est salutaire pour les corps
,
mais c’est le chagrin qui développe les forces de l’esprit.
"

Marcel Proust

On conçoit facilement que le chagrin soit une frustration, un déséquilibre. On est triste parce qu'il nous manque quelque chose. On se sent impuissant. On n'a plus qu'à subir, endurer et composer avec, ou plutôt sans.
Pour compenser, plusieurs systèmes de défense psychologique se mettent en place. Le résultat est que l'on se construit une carapace sous laquelle on se retrouve, on se console soi-même, on va vite chercher des raisons convainquantes pour ne pas insister et y trouver, malgré tout, notre compte. Il en ressort également une certaine détermination à ne pas se laisser avoir à l'avenir. On essaye de jauger de la réelle utilité de la chose convoitée, refusée ou inaccessible.
Toute ces réactions visent un but: nous protéger d'une souffrance chronique. On comprend qu'il s'agit de réagir avant tout avec la raison afin de retrouver un semblant d'équilibre dans notre moral et poursuivre notre chemin la tête relevée, un sourire aux lèvres, où la résignation va en s'éffaçant.
C'est en cela que les forces de l'esprit sont sollicitées et amenées à se développer.
Le monde, dans lequel nous vivons, nous présente notre lot de chagrins sans qu'on le lui demande. Il serait donc stupide d'aller en chercher dans un but quelconque d'entrainement, de perfectionnement ou de blindage. Le chemin cahotique de la vie s'en chargera.
Faisons tout pour retrouver au plus vite notre bonne humeur, sans nous laisser dépasser par une mauvaise passe.

Charly...
Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Mercredi 14 mai 3 14 /05 /Mai 04:38
 


"Le bonheur est salutaire pour les corps,
mais c’est le chagrin qui développe les forces de l’esprit.
"


Marcel Proust

C'est évident qu'être heureux a une répercution immédiate sur l'organisme. C'est l'effet psychosomatique positif. Lorsqu'on ressent de la joie pour un événement particulier, on sent notre corps parcouru de frissons l'espace d'un instant. Il semble même se soulever lors d'une inspiration.

Rappelons-nous la dernière fois que l'on nous a annoncé une bonne nouvelle, suffisamment percutante pour donner une nouvelle orientation à notre vie. Cela a pu être un joli commentaire qui nous a fait découvrir que nous étions appréciés pour ce que nous sommes ou ce que nous faisons, l'accord d'une banque pour un crédit en vue de l'achat d'une maison, une mutation tant attendue, une future naissance quelques neuf mois plus tard, l'acceptation d'un empoi en CDI, et bien d'autres encore. Allez j'ajouterai le moment où l'on est accepté dans une relation amoureuse et, bien sûr, une demande en mariage duement formulée ou joyeusement acceptée.

Qu'avons-nous ressenti à ce moment-là précisément ? Quelque chose comme une explosion intérieure, un élan dynamique, une pulsion incontrôlable... En tout cas le corps en a reçu tous les bénéfices.

Comment exploiter cette leçon ?

On aurait tendance à penser que la joie est la conséquence d'événements heureux qui nous arrivent. Est-ce à dire que nous allons attendre qu'une prochaine bonne nouvelle nous ranime l'âme ? Et si elle met longtemps à venir, allons-nous nous priver de cet effet salutaire pour le moral et pour le corps ? Ce serait bien dommage.

Qu'avons-nous ressenti en lisant la petite liste sus-mentionnée, non exaustive, de ces moments privilégiés de grands bonheurs ? Oui, en quelques instants, nous nous sommes surpris à les revivre. Un frisson a parcouru notre organisme. Nous avons souri involontairement : il est déjà là l'effet !

Nous pouvons en déduire que le bien que nous pouvons nous faire est à portée de main. N'attendons pas. Revivons régulièrement quelques-uns de ces instants passés où notre corps a frémi d'allégresse. Pour les plus audacieux: inventons-en, imaginons-en, de ces moments magiques. Notre corps nous le rendra bien.

Incroyable non, cette force de l'esprit ?

Demain, nous commenterons la deuxième partie de la citation.

Charly...




Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mercredi 7 mai 3 07 /05 /Mai 05:03


« La liberté n'offre qu'une chance d'être meilleur, la servitude n'est que la certitude de devenir pire »

Albert Camus


Pour la comparaison entre la liberté et la servitude, il n'y a pas photo. L'homme n'est pas fait pour être esclave ! Si par malheur il en est réduit, nul doute qu'il nourrira en son coeur une certaine rancune qui ne tardera pas à le pourrir, à le rendre pire, s'il n'y prend garde.

Alors que, jouissant de la liberté, il a tout loisir de s'interroger, de se remettre en question pour améliorer son sort, sa personnalité, avec, à la clé, davantage de bonheur et de satisfaction. Maintenant il peut aussi passer à côté et laisser fuir toute occasion de s'enrichir.

Qui se pose des questions ? A-t-on vraiment besoin de traverser l'épreuve pour apprécier le calme et se mettre au travail ?

Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Samedi 3 mai 6 03 /05 /Mai 05:52

« L'obsession de l'ailleurs c'est l'impossibilité de l'instant; et cette impossibilité est la nostalgie même ».

Emil Michel Cioran


Voilà l'explication de la frustration bien imagée par la volonté d'être ailleurs pour fuir le présent, et dont l'impossibilité à être concrétisé nous fait rêver et voyager par l'esprit, à défaut de mieux.

Comme quoi, rien ne retient l'esprit pour visualiser ce qu'on désire. C'est ainsi que chacun 'garde' au fond de son coeur, ses souvenirs les plus agréables, les plus touchants. Il suffit alors de fermer les yeux, de s'y replonger et de les revivre un instant.

Avec un peu de pratique, on arrive même à les rêver littéralement lorsqu'on dort. Et le voyage est gratuit. Que demande le peuple ?

Charly...

Par Charly... - Publié dans : Citations
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés